Her name is Sally!

Posted on 19 septembre 2007

0



Quasi ultime étape de notre installation à Hong-kong: la recherche et l’embauche d’une "domestic helper".
 
Ici, pas de crèches, pas de nounous à domicile, pas d’assistantes maternelles… mais des domestic helpers ou maids, souvent originaires d’Indonésie ou des Philippines.
 
Généralement, les employeurs hébergeant les maids, la plupart des appartements dispose d’une maid’s room et d’une maid’s bathroom permettant à chacun de préserver son intimité. C’est le système "live-in". Sinon, il est aussi possible de faire du "live-out", c’est à dire de ne pas loger la maid dans son appartement mais dans ce cas l’employeur doit prendre en charge financièrement ce logement.
 
Le rôle de la maid est vaste: s’occuper de la "maison" et de ses habitants en est un bon résumé! Tire la langue
 
Il est vrai qu’il faut s’habituer à cohabiter avec une personne extérieure à la famille 6 jours/7 mais le système est tellement rôdé (contrat unique fourni par les services de l’immigration) et pratique (pas besoin de penser aux courses, au ménage…) qu’il séduit même les couples sans enfants. 
 
En ce qui nous concerne, nous avons opté pour le "live-in". C’est une nouvelle organisation à trouver mais un peu moins de stress en perspective: délégation des tâches ménagères, possibilité de faire du shopping sans les enfants (Embarrassé), plus besoin de réveiller Lucie le matin pour accompagner Maxime au bus ou l’après midi pour le récupérer, sorties en soirée à volonté…
 
Nous espérons avoir trouvé la perle rare en la personne de Sally, originaire des Philippines et hautement recommandée par ses anciens employeurs australiens, notamment pour son contact avec les jeunes enfants.
 
Les enfants l’ont déjà adoptée en l’accueillant avec de grands cris de joie… et moi aussi car la fée Sally est en train de nettoyer et ranger l’appartement de fond en comble!!!  Chaud
Publicités
Posted in: Déménagement