Shatin: le monastère des 10 000 Bouddhas

Posted on 10 décembre 2007

0



Grâce à un repérage efficace effectué la semaine précédente avec Hélène, j’ai pu emmener mes visiteurs à Shatin pour découvrir le monastère des 10 000 Bouddhas.
 
Comme souvent lorsque l’on visite quelque chose à Hong-Kong, il faut faire quelques efforts pour profiter pleinement de l’endroit: oublier les buildings voisins de Shatin – ville nouvelle, ne pas voir les énormes grues du chantier du monastère juste en dessous , qui passent pourtant régulièrement au dessus de notre tête, se boucher les oreilles car le brouhaha de la ville est incessant malgré le nid de verdure entourant le monastère et donnant l’illusion de nous isoler de la ville… Yeux roulants

 

 
Ceci étant fait, la promenade peut commencer Clin d'oeil
 
Dès la sortie de la gare, le contraste est saisissant: sur la gauche subsistent de vieilles maisons traditionnelles en briques (le village de Pai Tau): 

 

 
et sur la droite trônent un centre commercial flambant neuf et des barres d’immeubles…

 

 
Nous avons traversé le petit village de Pai Tau pour atteindre le chemin flêché qui monte vers le monastère. Dès la sortie du village, c’est un escalier abrupt qui nous attend mais on oublie le nombre de marches et la pente en admirant les Bouddhas dorés, tous différents, siégeant de part et d’autres du chemin.

  

Au sommet (après 400 marches? mais nous n’avons pas compté…), se trouve une jolie pagode de neufs étages… en apparence seulement: en effet, neuf étant un chiffre considéré comme très favorable par le bouddhisme, l’architecture extérieure donne l’impression qu’elle a neuf niveaux mais à l’intérieur il n’y en a que 4!

 

Les couleurs, régulièrement rafraichies – les amateurs de vieilles pierres seront peut être déçus – tranchent avec la verdure et le ciel magnifiquement bleu:

  

A l’intérieur du temple, on comprend mieux la pertinence du nom du monastère. Pas moins de 12 800 Bouddhas miniatures trônent sur les murs Surpris
Il s’agit de présents offerts par les fidèles (leurs noms figurent sur les statuettes) depuis la fondation du monastère dans les années 1950.
 
Le fondateur du temple, Yuet Kai, professeur de philosophie à Kunming, y est embaumé. L’histoire dit qu’un phénomène étrange se produisit à sa mort en 1965 – il avait 87 ans:
Huit mois après sa mort, les fidèles l’ont exhumé pour le ré-enterrer. D’après eux, le corps était en parfait état et émettait une lueur fluorescente! Pensif Son corps fut alors embaumé, recouvert de feuilles d’or, habillé et exposé comme modèle de piété dans le monastère.
 
 
Yuet Kai sous la coupole de verre à droite
 
La promenade autour du monastère donne l’occasion de rencontrer quelques Bouddhas insolites:
 
 
Bouddha qui décroche la lune?

 
 
Etrange…
 
 
Le Bouddha nounou?!

 

Une volée de marches plus haut et nous accédons à la partie terrasse du monastère.

 

L’occasion de découvrir une jolie vue d’ensemble. J’ai réussi à occulter les grues mais il reste quelques échaffaudages quand même Agressif.

 

La descente, via un autre escalier, est tout aussi pittoresque: les Bouddhas, de couleur ou dorés, s’échelonnent le long des escaliers, au milieu des bambous et autres arbres envahissants…

 


Pour vous rendre au monastère:
– prendre le KCR East Rail jusqu’à la station Shatin.
– emprunter la rampe de gauche après les tourniquets pour atteindre le village de Pai Tau

Publicités