Histoire de fous! (6)

Posted on 8 octobre 2012

0



Nous avons donc profité de notre week-end prolongé à Lantau pour effectuer un entrainement nocturne sur le sentier de la course. L’objectif était de faire environ 11km, depuis Nam Shan jusqu’au Bouddha.

Contrairement à nos courses nocturnes sur l’ile de Hong Kong, l’obscurité sur Lantau est très impressionnante. Peu d’habitations, un point de départ en plein milieu de la forêt… la pleine lune n’a pas pu faire grand chose! Les bruits de la nature ressortent encore davantage: insectes, crapauds, oiseaux, feuilles qui bougent, terre qui s’effrite sur les côté… tous nos sens à l’affut…

Septembre2012_540

Rapidement les yeux doivent s’habituer à ces conditions particulières pour pouvoir avancer à un rythme suffisamment rapide. Maxime est très efficace puisqu’il repère très rapidement ce phasme en plein milieu de la route:

Septembre2012_536

Comme vous allez le constater le thème du billet va plutôt tourner autour de la faune nocturne que des paysages…

L’animal le plus fréquemment rencontré est sans aucun doute la grenouille/crapaud. D’ailleurs, je ne suis pas sûre de ne pas avoir shooté dans l’une d’entre elles cette nuit là. Ces andouilles s’installent sur les marches ou en plein milieu du chemin et ne bougent pas du tout à notre approche!

Admirez le camouflage de celle-ci:

Septembre2012_537

Je ne les ai pas toutes immortalisées, pour ne pas trop ralentir notre progression, mais nous en avons vues une bonne dizaine je pense! Certaines plutôt originales:

Septembre2012_555Septembre2012_549

Quand les grenouilles se déplacent, elles font crisser les feuilles mortes à terre et il y a toujours un instant de doute: grenouille ou serpent?

Ce coup-ci c’est un serpent!

Septembre2012_552

Tout à fait identifiable à Hong Kong puisqu’il s’agit du bamboo snake, un serpent très répandu et connu pour sa couleur caractéristique – similaire au bambou. L’animal a l’habitude de se cacher dans les bambous et d’attendre les rats pour les attaquer à la toute dernière minute. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il peut se révéler agressif: le bruit ne le fera pas fuir, il attendra le dernier moment pour réagir, lorsqu’il se sentira agressé. De nuit, il est quasiment phosphorescent, c’est ce qui m’a permis de le voir à distance, sans que nous soyons en danger. Nous devons patienter 5 bonnes minutes, le temps qu’il traverse tranquillement le sentier, il n’était pas pressé… Rassurez vous, comme il est indiqué sur les sites spécialisés, ce serpent est ‘venimous, nasty but not fatal!’

Il est fort possible que le bamboo snake se soit régalé ce soir-là car les rats ne manquent pas non plus à l’appel sur ce sentier. Je n’ai pu les prendre en photos car ils sont très rapides, même si parfois ils mettent du temps à comprendre qu’il vaut mieux sortir du chemin que courir devant nous qui marchons plus vite! Nous en avons vus 2 tout près de nous.

Comme vous le savez, nous ne devons pas nous contenter de surveiller le sol mais aussi l’espace devant, au dessus et à coté de nous… saletés d’araignées obligent… Du coup, je suis sur le qui-vive et je me méfie quand un ‘truc’ tombe juste devant moi. Rapidement je suis rassurée en identifiant une feuille morte mais au moment où elle passe devant ma lampe un œil brillant m’informe qu’il ne s’agit pas d’une feuille!

En effet, joli camouflage pour ce papillon de nuit:

Septembre2012_544

Un peu plus loin, le spectacle et le danger (limité) sont à nouveau à nos pieds, avec cet impressionnant scolopendre. Pas de photos nettes à vous proposer, il n’a pas voulu poser pour la photo et se déplaçait à une vitesse folle.

Septembre2012_559Septembre2012_558

Je ne m’attarde pas trop car il se rapproche vite de mes pieds, ce serait dommage de se faire piquer en voulant faire une photo. Généralement les piqures sont douloureuses mais restent sans gravité sauf pour les jeunes enfants ou personnes allergiques au venin (auquel cas la piqure peut tout simplement être fatale!).

Les araignées sont bien sûr de la partie aussi, un peu trop à mon gout: je passe mon temps à m’immobiliser à la dernière seconde devant des toiles tissées en plein milieu du chemin. Ces toiles hébergent généralement des araignées plus petites que les monstres habituels, mais une fois dans la toile, difficile de savoir de quelle sorte il s’agit. De plus, quand cela m’arrive, on ne peut pas dire que Maxime soit très volontaire pour m’aider à enlever les fils…

En cours de promenade nous inventons le ‘Kung Fu Spider’: il s’agit de détruire les toiles en levant le pied aussi haut que se situe l’obstacle…

Nous sommes donc bien contents d’être rattrapés par un groupe de randonneurs qui s’entrainent aussi pour le MoonTrekker: ils vont défricher le chemin à ma place!

Cette rencontre est très amusante: en plein milieu de la nuit nous voici en train de papoter sur l’entrainement, le jeune âge de Maxime, les bestioles, nos expériences de randonnées sur Hong Kong etc…

J’avais espoir que le groupe aille jusqu’au Bouddha, comme nous souhaitions le faire, pour que nous puissions être épargnés par les toiles. La seconde partie qui conduit à Ngong Ping est en effet très propice aux mauvaises rencontres. Malheureusement, ils s’arrêtent à la Tung Chung Road. Je décide donc à regret de ne pas continuer vers le Bouddha mais de descendre vers la ligne d’arrivée sur la vieille route. Les toiles sont vraiment trop insupportables… Ce n’est dons pas complètement ‘perdu’ puisque nous n’avions pas encore fait ce tronçon-là.

Plusieurs enseignements positifs issus de ce court entrainement, 8-9 km maxi:

  • nous n’avons mis que 5mn de plus qu’en plein jour alors que nous avons marqué quelques arrêts photos et papotages
  • alors que Maxime et moi étions finalement assez fatigués au moment de partir, nous avons rapidement trouvé un bon rythme qui a effacé cette fatigue
  • quand le groupe de randonneurs est passé devant nous avec un rythme plus rapide que le nôtre, Maxime leur a emboité le pas sans difficulté, motivé par l’esprit de groupe – utile pour le jour J ou plutôt… la nuit N Sourire
Publicités