Aventures sur le Pinatubo

Posted on 20 décembre 2012

3



Après une journée de transition passée à regagner le sud de Luzon sous la pluie diluvienne, c’est pleins d’incertitudes que nous nous levons à 5.00 ce jour-là. Un typhon traverse le pays, or notre excursion du jour sera compromise s’il pleut.

A 5h il fait encore nuit noire mais il pleut toujours. La masse nuageuse doit normalement quitter les Philippines aujourd’hui mais on aurait bien aimé qu’elle se soit hâtée davantage…

Nous prenons la route pour la base militaire située au pied du volcan, au fil des kilomètres la météo s’améliore doucement…

Phil2012_185Phil2012_186

Les touristes sont nombreux à attendre la décision tant attendue: cela fait 3 jours que l’accès au site est interdit.

A 7h, le feu vert est donné, les jeeps passent le point de contrôle et l’aventure peut enfin commencer!!

Au début un petit chemin en terre ne présage en rien de ce qui nous attend: très vite nous devons traverser un large ruisseau boueux, grande rigolade du côté des enfants Clignement d'œil

Phil2012_190Phil2012_188

Le 4×4 est loin d’être décoratif, nous traversons des paysages lunaires, boueux voire inondés en raison des fortes intempéries des 3 derniers jours.

Attention à l’abondance de photos dans ce billet, j’ai eu du mal à faire le tri: nous en avons pris plein les mirettes!

Phil2012_197

Phil2012_209

Phil2012_200Phil2012_203

Phil2012_201

Phil2012_228Phil2012_210

La piste empruntée est le seul accès possible vers le cratère. Le paysage est relativement nouveau puisque la configuration du site a été intégralement transformée lors de l’éruption de juin 1991.

Avant cette date, le Pinatubo était un volcan considéré comme éteint et inactif. D’ailleurs, le relief était celui d’une montagne banale:

File:Pre-eruption Pinatubo.jpg

Culminant à 1745 mètres avant l’explosion, il a perdu 260 mètres en quelques jours! Un cratère et un lac ont fait leur apparition sur le mont alors qu’aux alentours l’écosystème a été bouleversé par la disparition d’une grosse rivière.

Des milliers de tonnes de boues et de cendres ont été éjectées pendant l’explosion. Le relief est ainsi constitué de matières friables, de sable et de boue, susceptibles de s’effondrer dès que les pluies sont abondantes. Ceci explique l’interdiction d’accéder au site en cas de pluie.

Phil2012_215Phil2012_223

Phil2012_220Phil2012_222Phil2012_225

Après une heure de conduite chaotique, la piste s’arrête, il nous faut continuer à pieds.

Alors que je suis derrière les enfants, je suis sur le point de les disputer en les voyant marcher dans le ruisseau Surpris

Mais je me rends compte quasiment instantanément que nous n’avons pas le choix!

Philippines2012_667Philippines2012_669

Je vous laisse apprécier le visage d’Alexis complètement terrorisé…

Philippines2012_670

Il faut dire qu’en live c’était plutôt impressionnant, le courant est très violent et nous avons de l’eau presque jusqu’aux genoux dans les remous. J’ai même failli tomber!

Philippines2012_671Philippines2012_673Philippines2012_674

Non seulement nous sommes trempés, mais en plus nos chaussures sont remplies de sable et de petits cailloux, hyper agréable!

Philippines2012_676Philippines2012_675

Après une trentaine de minutes, le terrain est plus sec et nous ne traversons plus que rarement des petits ruisseaux ‘inoffensifs’.

Habituellement, le sentier n’est pas si humide, il s’agit bien des conséquences du typhon. De plus, le guide doit improviser dans la mesure où la physionomie du terrain doit être différente de sa dernière visite en raison des éboulements de falaises boueuses.

Le paysage est splendide: avec les différents tons de gris, le vert semble parfois phosphorescent…

Philippines2012_680Philippines2012_686

Philippines2012_687

Philippines2012_688Philippines2012_692

Philippines2012_693

Par moment, le terrain nous rappelle que nous sommes sur un volcan et pas juste sur une montagne boueuse:

Philippines2012_698Philippines2012_699

Philippines2012_701

Après 1h45, nous atteignons le bas du cratère.

Philippines2012_703Philippines2012_704

Le panneau indique une dizaine de minutes, mais c’est un peu ambitieux. Il nous faudra un bon quart d’heure, à nouveau les pieds dans l’eau!

Philippines2012_705Philippines2012_706

Plus que quelques mètres…

Philippines2012_709Philippines2012_713

Quel spectacle!!!

Philippines2012_716

Le lac a donc fait son apparition suite à l’éruption de 1991.

Au départ, il y avait juste un trou béant et fumant – photo prise quelques semaines après l’explosion:

File:Pinatubo early eruption 1991.jpg

Puis la cavité s’est remplie petit à petit avec l’eau de pluie. Au début, il y avait même une petite ile au centre mais elle a vite été recouverte par l’eau.

Le lac était très acide (pH 2) et plus chaud qu’aujourd’hui, 40 degrés à l’époque.

Au fil des mois et des années, le niveau de l’eau a monté – 1 mètre par mois – et atteint un niveau dangereux compte tenu des bords meubles et friables.

En 2001, le gouvernement a décidé de drainer une partie des eaux du lac. Pendant l’opération, pas moins de 90 000 personnes ont été évacuées. Le risque d’inondations accidentelles était en effet très important.

Une entaille a été faite sur le bord du cratère et 1/4 des eaux ont été vidées. C’est très probablement le ruisseau que nous avons suivi lors de notre promenade, car c’est le seul côté du cratère qui soit ouvert.

La vidange s’effectue donc en permanence.

Philippines2012_717Philippines2012_730

Inévitables ricochets… Sourire

Philippines2012_721Philippines2012_718

Philippines2012_724Philippines2012_723

Nous profitons du lac pour vider et nettoyer nos chaussures en prévision de la descente!

Philippines2012_728Philippines2012_725

Philippines2012_737

Il est possible de faire un tour en barque mais le tarif est assez exorbitant…

Philippines2012_745Philippines2012_760

Phil2012_232

Ce qui est gratuit par contre, c’est la baignade, et les enfants comptaient bien dessus Sourire

L’eau est un peu acide, pH 5, plutôt chaude, 26 degrés… et prisée des asiatiques, comme les onsens japonaises, en raison de leurs vertus ‘médicales’ – mais pour ce lac, je ne les connais pas!

Philippines2012_748Philippines2012_754

Alexis n’en perd pas une et joue les stars auprès de ses groupies coréennes!

Philippines2012_766

Malgré la beauté de l’endroit, il faut bien se décider à partir…

Philippines2012_770

Les toilettes du site ne manquent pas de charme non plus!

Philippines2012_773Philippines2012_774

Re-passage par le petit ruisseau, re-mouillage de pieds, re-paysages lunaires…

Philippines2012_776Philippines2012_780

Philippines2012_783Philippines2012_784

… et encore plein de photos car le soleil est sorti de derrière les nuages Clignement d'œil

Philippines2012_793Philippines2012_787

Philippines2012_794Philippines2012_795

Philippines2012_797Philippines2012_800

Malgré notre bon rythme, nous mettons autant de temps qu’à l’aller, 2heures, sans doute parce que nous avons fait des pauses photos…

Philippines2012_801

Philippines2012_808Philippines2012_802

Philippines2012_806Philippines2012_803

Philippines2012_805Philippines2012_807

Ci-dessous à droite, on voit clairement qu’un pan entier de colline s’est effondré, sans doute la veille sous la pluie.

Philippines2012_811Philippines2012_816

On approche des voitures, c’est donc le moment de retraverser les torrents, histoire d’être à nouveau trempés!!!

Philippines2012_818Philippines2012_819Philippines2012_820

Philippines2012_821Philippines2012_822

Philippines2012_824Philippines2012_825

Philippines2012_826

Et voici les jeeps Sourire

Philippines2012_827

Retour aussi chaotique que l’aller Sourire

Les vaches sont imperturbables, c’est un spectacle quotidien pour elles!

Phil2012_264Phil2012_262

Nous croisons les indigènes qui habitent la région du Pinatubo, les Aetas. On les reconnait à leur peau très foncée et à leurs cheveux crépus, physionomie très différentes des autres philippins.

Pour Alexis, les trépidations du 4×4 sont fatales Surpris

Phil2012_240Phil2012_261

A l’arrivée, un repas copieux nous attend…

Philippines2012_828

Une super expédition qui permet de terminer les vacances en beauté. J’avais découvert le Pinatubo – tel qu’il est aujourd’hui – et sa splendeur par hasard, dans la dernière saison de Pékin Express, et je n’ai pas été déçue sur place!

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille de lire l’article de Wikipedia, très complet. Pour ma part, les images des paysages tout blancs sont encore gravées dans ma mémoire…

Voilà qui termine le carnet de nos vacances à Luzon, aux Philippines. Une bonne chose, à 2 jours de repartir, pour Xiamen cette fois.

Mais il me restera encore la Thaïlande et Tokyo à raconter Clignement d'œil

Posted in: Philippines