Le jeu du 100 bornes :-)

Posted on 15 décembre 2015

4



Quelques mots sur cette expérience un peu folle qui s’est déroulée les 20 et 21 novembre (mais qui va sans doute déboucher sur d’autres!).

Tout a commencé il y a un peu plus d’un an, au cours d’une formation aux premiers secours. Les profils des participants au stage sont très variés mais il se trouve que ma voisine pendant 3 jours, Claire, est elle aussi une ‘trail runneuse’. Nous devenons ‘amies’ sur Facebook et suivons nos courses respectives. Parfois nous participons aux mêmes évènements mais les occasions de se revoir restent limitées.

Au printemps, Claire me contacte au sujet de ce projet un peu fou: elle cherche une 4ème co-équipière pour participer à l’Oxfam TrailWalker – la course mythique de HK, par son histoire et sa difficulté. J’avoue que j’avais déjà vaguement envisagé la chose mais cela me semblait chose impossible à cause de mon niveau et de la difficulté à y participer – les places sont limitées. Evidemment, je me demande si je peux répondre oui, si j’en suis capable… Claire me rassure car pour les autres membres ce sera une première aussi. Alors je dis ‘Banco!’.

A ce stade, rien n’est joué encore, loin de là, puisqu’il s’agit de participer à la loterie pour éventuellement avoir une place (eh oui, il y a beaucoup de fous!).

Et… mauvaise nouvelle: nous perdons Triste

Claire, Edith et Marichu sont vraiment très déçues. Moi aussi bien sûr, mais en même temps je me dis que cela va me laisser un an pour augmenter les distances sur les courses (30 km maxi à cette date).

L’été arrive et nous partons en vacances.

Début juillet, message furtif de Claire alors en transit à Roissy: nous avons une place!! Elle a tenté une autre voie pour obtenir une place, sans nous prévenir car pas très optimiste, et elle a eu une place!! Joie et semi panique: l’été est là et il va donc falloir mettre les bouchées doubles à partir de fin aout pour être prêtes le 20 novembre!

Rebondissement suivant: Marichu se blesse pendant l’été et doit se résoudre à renoncer. Il nous faut donc une 4ème personne!

Je contacte une paire d’amies, qui déclinent… Edith a une piste, une personne qui s’entraine avec elle pour une autre course…

De mon côté, j’aborde par hasard le sujet de l’Oxfam avec Dan, rencontré lors du mariage de la cousine de Xavier en Normandie, australien qui habite lui aussi à HK et repart dans le même vol que nous. A 5mn d’embarquer il me dit qu’il cherche à participer à la course, qu’il en a déjà fait 7 à HK et 27 en tout dans le monde!!

De retour sur HK, il faut maintenant décider entre nos deux candidats masculins potentiels (!) et c’est l’expérience de Dan qui fera la différence.

C’est donc parti pour 2 mois et demi d’entrainement intensif, chaque dimanche nous avons rendez vous pour 20 à 30 km d’entrainement. Au programme: découvrir l’intégralité du parcours, échanger les expériences pour être prêts le jour J, apprendre à gérer les aléas et bobos…. Et surtout: faire équipe, apprendre à se connaitre. On va passer ‘un peu de temps’ ensemble et on va en baver, alors il vaut mieux bien s’entendre!!

ATT_1441800568284_20150906_083750 image1

Point d’orgue de notre entrainement, une séance de 52 km couvrant non seulement la moitié de la distance mais surtout les principales difficultés. Claire doit difficilement renoncer un peu avant la fin à cause de grosses douleurs aux orteils. Pour éviter des blessures sérieuses avant la course il est préférable d’arrêter avant. Sinon, pas de difficultés majeures ni de douleurs le lendemain.

IMG-20150928-WA0011IMG-20150928-WA0014

IMG-20150928-WA0016IMG-20150928-WA0021

 

Nous avons aussi fait une course nocturne de 30 (les filles) à 43km (Dan), le Moontrekker, et le lendemain un entrainement de 12km, l’idée étant de vérifier la résistance sur la durée aussi.

12244688_706573742808092_3943766539688155867_oIMG-20151018-WA0000

Sans oublier de se récompenser au passage Sourire

IMG-20151018-WA0009

Lors de notre dernier training, nous testons la technique commando de Dan pour protéger les orteils des ampoules Surpris

12184121_10153702095979481_5674161989245595573_o

Et le D Day finit par arriver!

Départs échelonnés entre 7h du matin et l’après midi pour les 5200 participants! Pour nous, le rendez vous est à 9.30, et nous sommes fin prêts Sourire

IMG-20151122-WA0010IMG-20151122-WA0014

Nous profitons des 10 premiers kilomètres bétonnés et à peu près plats pour nous échauffer. Le ciel reste couvert, c’est plutôt une bonne nouvelle!

12238234_777762219000349_5185229701823281272_o

Le rythme est conforme à nos attentes jusqu’au km 25 environ: Dan n’est pas en forme, entre crampes et nausées. Nous allons tenter de le garder pendant les 15km suivants, notre volonté première étant de finir tous ensemble, mais ce sera en vain… Malgré les massages attentionnés de Claire et Edith qui rendront jaloux les autres concurrents! et malgré une pause diner avant le début de la section 4.

IMG-20151121-WA0013IMG-20151121-WA0039

Avant de partir à l’assaut du Ma On Shan, nous troquons nos casquettes pour nos frontales:

IMG-20151121-WA0016IMG-20151121-WA0017

Au prochain rendez vous avec notre fantastique équipe support nous ne sommes donc plus que 3, Dan ayant décidé d’abandonner après 40 km Triste

Le moral est assez bas pour Claire et Edith. Claire surtout commence à avoir mal aux orteils… il reste une quarantaine de km!

IMG-20151121-WA0035IMG-20151121-WA0033

Nous sommes à présent en plein milieu de la nuit, presque minuit… Nous traversons le Monkey Park, plutôt calme à cette heure (un peu frais aussi!) et profitons d’une section facile jusqu’au pied de Needle Hill. Ascension fractionnée mais à un rythme régulier. Descente douloureuse sur des genoux qui commencent à souffrir sérieusement!

La route bétonnée vers Grassy Hill est un calvaire (comme souvent d’ailleurs!!): les paupières sont lourdes et j’ai du mal à marcher droit voire à juste tenir debout! Nous sommes toutes les 3 un peu nauséeuses: difficile d’avaler quoi que ce soit, liquide ou solide, pourtant nous avons soif…

Paradoxalement, dans cet état second j’ai l’impression que la section est plus courte que d’habitude. Il faut à présent descendre les escaliers très raides vers Lead Mine Pass: j’essaye de trouver la bonne cadence pour éviter de trop plier les genoux et d’appliquer le moins de poids possible sur l’articulation.

Check Point avant le Tai Mo Shan (point culminant de Hong Kong, en guide de dessert Sourire ): je tente une soupe – ça passe! et surtout je masse les genoux…

C’est reparti, une autre section longue et toujours cet étrange état de semi sommeil: j’alterne conscience et somnolence, me demandant à chaque fois combien de temps j’ai été absente! Pas de chute malgré tout, juste un mode automatique, les yeux braqués sur le sentier un mètre devant moi. Une brume nous emmitoufle, nous avançons en silence sur le plateau interminable qui précède notre dernière difficulté, le Tai Mo Shan.

Dernier check point avant le sommet: nous grignotons des bonbons, la seule chose qui nous fasse un peu envie! Nous y sommes presque, une vingtaine de minutes et c’est le sommet. L’horizon commence à s’éclaircir, un repère dans une nuit interminable. On regarde moins nos montres que les bornes kilométriques!

Début de la descente, le paysage se découvre lentement:

20151121_065027

Nous avons rendez vous tout en bas, au prochain check point, pour un petit déjeuner très attendu. Il est environ 7.00 et je dévore un sandwich au bacon, une énorme saucisse, de la soupe de poulet… Un vrai repas! L’appétit est revenu et je prends plaisir à manger.

Je tente de changer de chaussures pour les derniers 25 km très bétonnés, en vain… Les pieds sont trop gonflés, je préfère garder les mêmes.

Nous allégeons  nos sacs au maximum et nous repartons!

Début d’une autre période difficile: nous sommes sur une route, rien de difficile, mais nos genoux et nos pieds agonisent, notamment lorsque la pente est trop importante (en descente)! Heureusement, je n’ai plus sommeil mais ce n’est pas le cas de mes coéquipières…

Enfin le dernier check point, il ne reste ‘que’ 12 km mais ils seront longs! Claire a besoin de refaire les pansements de ses orteils. Pendant ce temps je garde Edith éveillée!! Epuisées, elles parlent d’abandonner. Mais nous sommes au milieu de nulle part, autant repartir Sourire

Nous longeons un lac sous un tunnel de bambous, charmant mais encore une fois interminable!

Il nous faut ensuite encore affronter quelques escaliers, nous comptons les kilomètres qui restent… Après un rapide calcul, Claire et Edith estiment qu’il va nous falloir encore 1h30 pour terminer les 4-5 km. C’est un déclic dans ma tête, j’ai trop envie d’en finir et je n’imagine pas rester encore 90mn sur le trail!! En parallèle Xavier me confirme que Dan et Maxime viennent à notre rencontre. Je décide alors d’augmenter la cadence, seule, sachant que Dan va venir épauler mes coéquières. Gros dilemne lors de cette prise de décision, je culpabilise mais marcher plus vite soulage ma douleur…

Je termine finalement quelques minutes devant – pari réussi!!

IMG-20151121-WA0022

Puis le reste de l’équipe passe la ligne tant attendue:

IMG-20151122-WA0001

Place aux photos souvenirs Sourire

IMG-20151121-WA0021IMG-20151121-WA0030

IMG-20151121-WA0031

Avec Marichu, Dan et notre équipe support Sourire

IMG-20151122-WA0007IMG-20151122-WA0006

Quelques chiffres pour terminer:

100 km et 4800 mètres de dénivelé positif

27 heures et 18 mn

12000 calories brulées

Un itinéraire impressionnant (petit raté du GPS autour du 10ème kilomètre) – initialement utilisé pour l’entrainement des soldats!

image

image

En conclusion, une expérience folle mais passionnante, la satisfaction d’avoir repoussé les limites de mon corps, et un formidable travail d’équipe (avec bien sûr la déception de ne pas avoir fini à 4).

Malgré les difficultés et les douleurs, je n’ai jamais envisagé d’arrêter ni même pensé ‘qu’est ce que je fais là?!’. Je crois que j’avais programmé mon corps: le défi était de faire ces 100 km et j’étais partie pour les parcourir!

J’espère même avoir la possibilité de recommencer l’année prochaine Clignement d'œil

En attendant, j’essaye de retrouver des sensations normales sur mes genoux. Repos et massages… Entre d’autres courses Surpris

Mes pieds ont mis 3 jours à retrouver un aspect normal! Et mes cernes… une semaine peut être!

20151123_222754IMG-20151121-WA0025

La performance reste évidemment modeste et toute relative. D’une part, la première équipe a été deux fois plus rapide, et d’autre part 4800 personnes ont terminé l’évènement Sourire

PS: il est toujours possible de sponsoriser notre équipe via ce lien 🙂

Publicités
Tagué: ,